Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 décembre 2012 6 08 /12 /décembre /2012 18:40

Voir ce document confidentiel: ICI

 

et notre communiqué de presse explicatif sur ce volumineux document.

 

[English version of our press release]

 

Répartition tout à fait inégale dans le temps des décès d’enfants après Infanrix hexa, ce qui constitue un signal de pharmacovigilance (la majorité de ces décès se concentrant dans les tout premiers jours qui suivent la vaccination) :

   

Numéro du cas

Age de l’enfant vacciné

Nombre de dose(s) reçues avant le décès

Délai entre la dernière dose et le décès

1

2 mois

1

12 jours

2

2,5 mois

1

1 jour

3

9 mois

2

102 jours

4

10 mois

2

1 jour

5

2 mois

1

1 jour

6

11 mois

3

3 jours

7

5 mois

2

1 jour

8

18 mois

?

1 jour

9

1,5 mois

1

14 heures

10

3 mois

1

5 jours

11

3 mois

2

1 jour

12

2 mois et 1 sem.

1

2 jours

13

5 mois

2

1 jour (30 heures)

14

3 mois

1

8 jours

 

Rapports de décès collectés par GSK après Infanrix Hexa entre le 23 octobre 2010 et le 22 octobre 2011. (NB : seuls 1 à 10% des effets secondaires graves des vaccins sont effectivement recensés et comptabilisés selon les revues médicales officielles !)

 

Numéro du cas

Age de l’enfant vacciné

Nombre de dose(s) reçues avant le décès

Délai entre la dernière dose et le décès

1

4 mois

3

11 jours

2

3 mois

2

2 jours

3

2 mois

?

21 jours (premiers signes dans les 24h)

4

3,5 mois

?

4 jours

5

1 mois et 3 sem.

1

4 jours

6

2 mois

1

5 jours (premiers signes dans les 12h)

7

6 mois

3

5 mois (premiers signes dans les 5 jours)

8

3 mois

?

11 jours

9

3 mois

1

3 jours

10

3 mois

2

9 jours

11

3 mois

1

1 jour

12

3 mois

1

1 jour

13

2 mois et 1 sem.

1

3 jours

14

?

?

?

15

2 mois

1

1 jour

16

11 mois

1

1 jour

17

6 mois

3

9 jours

18

2 mois

1

12 heures

19

4 mois

1

1 jour

20

5 mois

3

3 jours

21

5 mois

3

moins d’un jour

22

3 mois

1

7 jours

 

Rapports de décès collectés par GSK après Infanrix Hexa entre le 23 octobre 2009 et le 22 octobre 2010 (soit donc un total de 14+22= 36 décès recensés par GSK sur une période de 2 ans)

 

 

La UNE de Vers l'Avenir de ce samedi 8 décembre 2012:

 

Infanrix (a) 

Infanrix (b)

Infanrix (c)

 

Infanrix (d)

 

Infanrix (e)

 

L'Agence ment puisque GSK a reconnu le même jour que c'était bien confidentiel...

 

Infanrix (f)

 

Infanrix (g)

 

Infanrix (h)

 

Infanrix (i)

 

Trois petites précisions additionnelles par rapport à ce qui a été écrit ci-dessus:

 

1°) Ce ne sont pas 14 décès qui ont été recensés par GSK entre fin octobre 2009 et fin octobre 2011 comme nous l'avions initialement calculé mais bien 36 (14 de 2010 à 2011 et 22 de 2009 à 2010). A ces 36 décès s'ajoutent un minimum de 37 autres décès (par mort subite principalement), ce qui porte le total à un minimum de 73 décès, depuis le lancement du vaccin en 2000, et encore, ceci ne concerne donc que les décès par mort subite, sans aucun redressement par ailleurs de la sous-notification. Nous avons donc corrigé notre communiqué en ce sens et nous en avons informé par mail Vers l'Avenir.

 

2°) Il est inexact de dire que c'est à GSK que nous reprochons une rétention d'informations, en réalité la responsabilité entière se trouve dans le chef des autorités de santé. GSK est là pour faire de l'argent. Nous n'attendons donc absolument rien d'eux en termes de sécurité ou de transparence, comme nous l'avons d'ailleurs expliqué au journaliste de RTL qui est venu nous filmer ce vendredi 7 décembre au soir (sans que nous sachions toutefois, vu le caractère très sensible et tabou du sujet, si son reportage sera diffusé ou non).

 

3°) Si nous oeuvrons dans le domaine de l'information sur les vaccinations, c'est donc bien que nous estimons que la décision individuelle des gens ne nous revient absolument pas. Il est donc illogique de parler d'anti-vaccins. Que vous qui nous lisez vous fassiez vacciner ou non ne changera nullement notre vie à nous, c'est important d'en avoir bien conscience. Notre action s'inscrit en fait totalement dans le respect des lois. En Belgique, il y a en effet une loi (du 22 août 2002) qui est normalement censée garantir aux citoyens de disposer d'informations suffisamment objectives et complètes sur les risques (gravité, fréquence) comme sur les bénéfices et les alternatives possibles à un traitement donné, de façon à ce qu'ils puissent choisir en toute liberté et en pleine connaissance de cause. Le fait que le vaccin Infanrix hexa soit obligatoire dans les faits pour tous les enfants dans les crèches francophones ou chez les gardiennes ONE (vu l'indisponibilité organisée des vaccins pentavalents en Belgique, contrairement à la France) ne dispense nullement les praticiens, l'ONE et les politiques de respecter cette loi et ce devoir d'information qui va de pair.

 

Or il se fait malheureusement que cette loi n'est jamais respectée en matière de vaccination, pas même par les politiques qui l'ont votée, ce qui est un comble! Et ce non respect de cette loi apparaît comme d'autant plus irréfutable et criant à la lueur de ce volumineux document puisque les gens n'entendent jamais parler (à l'ONE notamment) d'autres effets secondaires possibles que les seuls effets secondaires locaux!

 

Voici en effet le contraste saisissant entre les étiquettes pseudo-informatives de l'ONE et ce volumineux document, jusque là confidentiel, sur l'Infanrix Hexa. Au milieu, le Guide de Médecine Préventive de l'ONE dans lequel cette instance indique (de façon hypocrite?) à ses travailleurs de "connaître les effets secondaires des vaccins" et de bien lire les notices!!

 

Document-confidentiel-VS-etiquettes-ONE-.jpg

[Nb: L'info sur cet Infanrix hexa étant en train de se répandre partout dans le monde, on voit que l'ONE et ses drôles de pratiques, est ici en train de se faire connaître même jusqu'en Italie...]

 

Il y a donc une omerta évidente au sujet des risques vaccinaux, les officiels disent les admettre mais toujours de façon très générale car ils savent qu'en entrant dans les détails concrets, comme la loi le leur impose pourtant, ils vont rebuter les gens par rapport aux vaccins! Vu cette carence et ce non respect de la loi, notamment par les politiques, une INITIATIVE CITOYENNE était forcément nécessaire et devenait légitime. Nous comblons donc la carence du monde politique en la matière qui soutient aveuglément le business des pharmas et cède à leur chantage à l'emploi (cfr pacte de stabilité récemment conclu par L. Onkelinx), bien avant de se préoccuper réellement de la sécurité sanitaire de leurs concitoyens!

 

VOIR AUSSI:

 

Infanrix Hexa et ROR: témoignage d'une maman

 

Graves dysfonctionnements à l'Agence belge du Médicament (AFMPS)

 

Prevenar 13: documents confidentiels accablants / risques neurologiques de la double vaccination

 

Partager cet article

Published by Initiative Citoyenne - dans Effets secondaires-risques
commenter cet article

commentaires

Kate 20/05/2015 09:59

En France aussi, c'est le meme problème, une pétition circule. Et en Belgique? Depuis 2012? Rien a changé?

InitiativeCitoyenne 20/05/2015 10:31

Non, rien n'a changé depuis 2012 et les médias belges sont en général assez spécialistes en matière de partialité et de silence complice. Un petit exemple: une équipe de RTL Belgique était venue filmer pour le reportage au JT du soir sur ce fameux document sur Infanrix hexa: vu le nombre d'enfants annuellement concernés par cette vaccination, c'est donc peu dire que cela faisait plus que mériter un reportage.. eh bien, pendant qu'ils nous filmaient, une autre équipe avait été envoyée chez la firme GSK et une autre à l'Agence belge du Médicament... les gens de l'AFMPS (agence belge fédérale du médicament donc) pris de cours et se disaient "ça passe ou ça casse" ont alors tenté un gros coup de bluff en affirmant du haut de leur autorité publique (bien péremptoire) "mais non, ce n'est pas confidentiel"! Et là, l'équipe de RTL a pris ça comme prétexte pour ne pas le diffuser le soir ALORS QUE:
- le document comportait une mention confidentiel à chaque page
- qu'il nous a été communiqué par deux personnes différentes de l'agence du médicament et que le grand public n'a jamais accès aux documents stockés sur leurs pc!
Par conséquent, déontologiquement, le journaliste aurait dû dire aux gens de l'agence "vous nous montrez alors sur le champ où ces documents peuvent-ils être consultés par le public ou bien nous considérons vos affirmations comme trompeuses et mensongères mais non... ils ont cru sans vérifier ces gens, protégeant ainsi un business calamiteux et malhonnête!
Les vaccins pentavalents ont été rendus indisponibles en Belgique depuis bien plus longtemps qu'en France et les vaccins tétravalents étaient dispos, il est possible qu'ils le soient encore aujourd'hui mais l'équivalent belge des PMI (l'ONE, office de la naissance et de l'enfance) exige honteusement et arbitrairement aussi la valence Hib, donc tout a bien été organisé pour forcer la main des parents envers le vaccin Hexavalent dont la valence HB est vraiment à la base du business de la filiale vaccins de GSK. Voyez donc ça ici: http://www.initiativecitoyenne.be/article-gsk-a-t-elle-peur-que-ses-strategies-soient-devoilees-111506673.html

shahzad 18/01/2014 09:23

I researed valuable information on this point as I am working on a class project. Thank you posting useful information and its now becoming easier to accomplish this task.
Common Pit Bull Health Issues
Common Pit Bull Health Issues

Bernard Guennebaud 08/12/2012 20:58

L'affaire de l'Infanrix Hexa de GSK avait été précédée, de 2002 à 2005, par l'affaire de l'HexaVac de Sanofi. Cette affaire s'était développée en Allemagne et avait conduit à l'arrêt de
l'utilisation de l'Hexavac en septembre 2005 par le laboratoire lui-même.

J'avais écrit fin 2007 un article sur cette affaire complexe où l'hexavalent de GSK aurait aussi pu être mis en cause.

"Vaccins hexavalents : le scoop d'ARTE" :

http://questionvaccins.canalblog.com/archives/2007/12/06/7139525.html

Initiative Citoyenne 09/12/2012 09:02



Oui tout à fait! D'ailleurs, il est aussi fait mention, à au moins une reprise d'un oedème cérébral mortel dans un des rapports de décès. Peut-être dans d'autres aussi, vu le caractère très
volumineux du document, il est possible que cette constatation se soit répétée plus d'une fois!


Virginie Belle reprend d'ailleurs dans son dernier livre ("Faut-il faire vacciner son enfant?") de façon pertinente cette saga de l'Hexavac en démontrant par a+b que le retrait de ce
vaccin a pu être fait sous de faux prétextes (d'immunogénicité) grâce à la complicité de l'Agence européenne du Médicament, tout simplement parce que les parents préfèrent entendre que leurs
enfants ont reçu un vaccin insuffisamment efficace qu'un vaccin plus dangereux qu'ils ne le pensaient, commercialement, c'est moins gênant de présenter les choses ainsi...



                    

Recherche

Contact

 

initiative.citoyenne[at]live.be

Courriers Aux Autorités & Autres Documents Importants

Ce site refuse de cautionner le label HONcode.

Ce site refuse de cautionner le label HONcode    

Ce site soutient Nurpa pour la liberté d'internet

Boutton de soutien à la NURPA